Témoignage : Flavien, 2 ans ½ tumeur cancéreuse

 

Mon fils, Flavien, 2 ans ½ a eu une tumeur cancéreuse

Le 17avril 2010, mon fils ayant de fortes douleurs au ventre, je l'emmène aux urgences à l'hôpital de La Roche Sur Yon.

Les médecins pressentent quelque chose d'important et préfèrent le transférer d'urgence au CHU de Nantes.
Dès le lendemain, le diagnostique tombe : tumeur cancéreuse de typeneuroblastome. Ces tumeurs sont répertoriées de 1 à 3 suivant leur agressivité. Flavien est classé 2.

La tumeur fait 12 cm ce qui est énorme compte tenu de la taille de Flavien qui n'a que 2 ans ½.
Elle est fixée sur le bas de la colonne vertébrale, contre la moelle épinière, comprime les reins, la vessie, dévie l'anus et renferme les urètres de la vessie, l'aorte et certains nerfs (jambes, vessie).
Très rapidement, tout s'enchaine, une batterie d'examens divers puis l'enclenchement sur une chimio longue car l'âge de Flavien ne lui permet pas une chimio trop forte.
Les deux premières chimios font leur effet et la tumeur réduit de presque 50 %, elle mesure désormais 7 cm. Puis plus rien, la tumeur stagne malgré l'augmentation de la force des chimios.
Le temps passe, Flavien s'affaibli, perd ses cheveux et, lui qui était si enjoué avant, se renferme sur lui-même, ne veut plus manger et ne veut plus voir que son papa et moi, sa maman. A cette période il ne pèse plus que 12 kilos.
Fin juillet 2010, mon frère me parle d'un chercheur français qui a mis au point un produit à base de plantes qui augmente le nombre de cellules souches de moelle osseuse.
Mon frère lui ayant parlé de Flavien, il a conseillé de faire prendre à Flavien son produit, le Synerstem accompagné d'un traitement homéopathique, ce que je fis dès le mois d'août.

Mi septembre 2010, lors d'une IRM de contrôle, les médecins s'aperçoivent que la tumeur n'a pas bougé ; Alors que la chimio aurait dû la faire réduire, elle faisait toujours 7 cm.
Comme il venait de subir sa sixième série de cinq jours de chimio, le cancérologue m'a dit qu'il ne pouvait plus faire d'autres séries de chimio car son cœur était fragilisé. Il ne restait plus que l'intervention chirurgicale.
Le cancérologue et le chirurgien nous ont convoqué tous les deux, mon mari et moi, et nous ont expliqué que Flavien serait ouvert d'une hanche à l'autre et que, comme la tumeur comprimait la vessie, l'anus et renfermait les urètres de la vessie et les nerfs des jambes, il risquerait d'être incontinent urine, voire matière et que, pour ses jambes, dans le meilleur cas, il boiterait et dans le pire des cas, il ne marcherait plus. Comme elle renferme également l'aorte, ils nous expliquent qu'ils couperont l'aorte au dessus et en dessous de la tumeur et qu'ils lui mettront sûrement une sorte de prothèse d'aorte.
Nous avons malgré tout accepté l'intervention car, le pronostic vital de Flavien était engagé et nous n'avions pas d'autre choix.
Flavien étant sorti quelques jours pour voir ses deux frères, il est revenu au CHU de Nantes le dimanche 3 octobre pour une hospitalisation qui devait durer entre 12 à 15 jours.
Il s'est fait opéré le lundi suivant... Lors de l'intervention, le chirurgien a trouvé la tumeur exactement comme l'avait montré l'IRM mais, au moment où il l'a saisi, la tumeur était « crevarde ». Elle s'était désagrégée de l'intérieur. Il a pu enlever presque tous les bouts de tumeurs mis à part quelques petits morceaux trop près de la moelle épinière qui seraient brûlés à l'aide de rayons un peu plus tard. La dissection de la tumeur autour de l'aorte n'a pas posé de problème au chirurgien ce qui a permis à Flavien de garder son aorte.
Le chirurgien et le cancérologue m'ont confié le soir même qu'ils ne comprenaient pas comment la tumeur avait pu se désagréger de l'intérieur comme ça.
Le lendemain, Flavien récupérait tellement vite que les médecins des autres services en avaient entendu parler et venaient le voir dans sa chambre pour s'en rendre compte par eux même. Ce jour là ils ont décidé d'enlever la sonde urinaire et la perfusion qui l'alimentait car Flavien réclamait à manger. Moins d'une heure après, Flavien a réclamé à faire ses besoins ce qui nous à montré qu'il n'aurait aucun problème d'incontinence.
Le mercredi, Flavien à fait ses premiers pas ; aucun problème aux jambes.
Le jeudi il a réclamé à aller jouer dans la salle de jeux du service ou il a passé son temps à jouer au ballon et à faire du vélo... Les infirmières qui passaient dans le couloir s'arrêtaient regarder Flavien, elles n'en revenaient pas…
Le vendredi, les médecins ont décidé de le laisser rentrer à la maison seulement 5 jours après son admission au lieu des 12 à 15 jours prévus sans comprendre vraiment ce qui venait de ce passer.
La chimio a sûrement fragilisé la tumeur mais ne l'a pas fait réduire comme cela aurait dû être le cas et la seule chose que nous ayons fait en plus, c'est de lui donner du Synerstem et de l'homéopathie.
Durant les mois de novembre et décembre 2010, Flavien à subi des rayons pour brûler les petits bouts de tumeurs qui étaient restés coincés près de la moelle épinière. Tout s'est très bien passé.
Mi janvier 2011, Flavien a passé une IRM pour voir si les rayons avaient tout brûlé et s'il n'y avait pas trop de cicatrices internes notamment dues aux rayons.
Et là, nous n'en revenions pas de découvrir qu'il n'y avait plus aucune trace de la tumeur mais aussi pas une seule trace de brûlure. Il était à l'intérieur comme s'il n'avait jamais eu de tumeur, excepté une cicatrice inférieure à un millimètre.
Bien sûr, il sera suivi pendant encore de nombreuses années mais il est retourné à l'école dès le début de l'année 2011 et joue comme tous les autres enfants.

 

Priscille

 

https://33101617.synerj-health.com/Testimonials/View/17

Date de dernière mise à jour : 21/01/2018

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau