Posts by synerj

  • santenutrition.org : algue klamath

    article relayé voir adresse http en bas de page

     

    Algue Klamath – Aphanizomenon flos-aquae (AFA)

    Klamath

    Elle n’arrête pas d’étonner ! D’abord parce que les chercheurs, qui confirment qu’il s’agit de l’un des aliments si ce n’est l’aliment le plus complet de la planète, rien que ça, ont récemment confirmé son action bénéfique dans la protection des fonctions neuronales et cognitives. Ensuite parce que les consommateurs font part, à un pourcentage élevé, de leur satisfaction de l’utilisation de ce multivitamines naturel et envoient régulièrement des témoignages.

    Pour ceux qui ne connaissant pas encore, il s’agit en quelque sorte d’une « super spiruline sauvage », qui ne pousse que dans un seul endroit, un endroit unique au monde, en plein centre de la chaîne des Rocheuses. 

     

    Historique

    Daryl Kollman, un enseignant ne se doutait pas de ce qu’il allait découvrir lorsque, intimement persuadé d’un lien entre difficultés d’apprentissage et alimentation, il commença à s’intéresser aux algues. « Je savais que la concentration est un pré-requis à l’apprentissage et que les  enfants en manquait de plus en plus. Si je voulais réussir avec ma classe, il fallait faire quelque chose pour améliorer l’alimentation des enfants« .

    Il se tourna d’abord vers les algues telles que la spiruline et la chlorelle, riches en nutriments, mais ses pas ont finis par le guider vers le lac klamath, rapporte Didier Le Bail dans une chronique du magazine Rebelle-santé. Ce serait sa teneur en phényléthylamine ou PEA qui serait parvenu jusqu’à ses oreilles. Le PEA est en effet connu pour favoriser l’activité intellectuelle en augmentant la capacité de concentration. A la suite d’une cure d’algue klamath, des enfants en échec scolaire et souffrant de troubles de l’attention (TDAH), ont constaté une amélioration notable de leur état, parfois au point de pouvoir stopper leur traitement médicale. Daryl Kollman avait réussi à trouver un « aliment complet » permettant d’aider ses élèves !

    En 1982, Daryl et son frère créèrent une des premières sociétés ayant pour objectif de récolter, traiter et distribuer l’algue klamath.

    Qu’est ce donc que l’algue bleu-vert Klamath ?

    L’Aphanizomenon flos-aquae (ou AFA), qui est son nom scientifique, est extraite d’un lac du sud de l’Orégon, situé à 1 400 mètres d’altitude, protégé de toute pollution industrielle : le lac klamath lakeUpper Klamath de 250 km2 réceptionnant des milliers de cascades naturelles claires comme le cristal, il est extrêmement riche en minéraux et connaît 300 jours de soleil par an. On y trouve une micro-algue qui ne se développe nulle part ailleurs, se reproduit en 4 jours, ayant la capacité de métaboliser l’azote moléculaire de l’eau, de la terre mais aussi de l’air. Parmi les aliments les plus riches en phytonutriments, elle possède des propriétés curatives dans les maladies dégénératives et nerveuses.

    Apports : plus de 115 micro-nutriments, plus de 50% de protéines, tous les acides aminés (deux semi-essentiels et 6 parmi les non essentiels), calcium, cuivre, fer, phosphore, potassium, magnésium, sélénium, silice, germanium, zinc, acides gras insaturés, des nucléoprotéides (structures de base de l’ADN et ARN), de nombreux peptides dont les neuro-peptides qui renforcent et réparent les cellules nerveuses, tout un spectre d’hormones végétales, de pigments oxygénants et antioxydants, précurseurs de vitamines (vitamines B1, B2, B3, B6, B8, B12, C, E), des enzymes et coenzymes, du bêtacarotène (provitamine A : l’algue bleue en contient dix fois plus que les carottes), de la lutéine, zeaxanthine, du Iycopène et de l’aphanine, un caroténoïde unique à cette espèce, de la chlorophylle (les algues en possèdent le taux le plus élevé de tous les aliments connus)…

    De fait on considère l’AFA comme probablement l’aliment le plus complet de la planète, l’alicament par excellence…

    Comme toutes les plantes, elle transforme la lumière du soleil en chlorophylle, alors même que sa paroi cellulaire ne soit pas constituée de cellulose.

    Comme les hommes et les animaux, leur paroi cellulaire est faite de protéines.

    Comme les bactéries, l’information génétique est distribuée dans la totalité de la cellule, et pas uniquement dans le noyau. Cela lui permet de s’adapter rapidement à tous les changements extérieurs.

    De par sa richesse en nutriments, la klamath est bénéfique sur de nombreux plans : immunité, digestion, purification de l’organisme grâce à son taux élevé en chlorophylle, etc…

    Elle est un aliment complètement naturel puisque sauvage, des plus complets, parfaitement assimilé par l’organisme grâce à sa structure synergique quasi parfaite, agissant comme un bio modulateur orthomoléculaire.

    Fortifiant, Revitalisant, Reconstituant de l’organisme par son apport nutritionnel quotidien en doses infimes, l’Algue Klamath se présente comme une des alternatives les plus sérieuses face aux diverses carences dues au mode de vie moderne, aux déséquilibres alimentaires et aux pollutions présents dans notre environnement.

    Acides gras essentiels Omega 3 et omega 6. Une alimentation riche en acides gras essentiels, particulièrement en omega-3, est indispensable au bon fonctionnement des systèmes immunitaire, nerveux et cardio-vasculaire. Les acides gras, qui furent classés pendant un certain temps comme facteurs vitaminiques F, constituent un important facteur de croissance chez les enfants et représentent 60% de la matière du cerveau, au sein duquel ils assurent une bonne communication intercellulaire en favorisant la transmission et la réception de l’influx nerveux. Transportés par des corps protidiques (vitamine B7, J, méthionine…), ils sont indispensables à la bonne utilisation des vitamines liposolubles et constituent la base de nombreuses substances à activité hormonales, les prostaglandines, importantes dans la régulation de presque tous les processus de l’organisme. Transformés en phospholipides directement assimilables au cours de la digestion, les acides gras interviennent au plan énergétique. Rapidement oxydés par le myocarde, ils constituent la principale source d’énergie du cœur.

    Leur importance primordiale en tant que facteur préventif de l’athérome (cholestérolémie, dépôt de gras dans les artères, plaques athéromateuses) a été mise en évidence depuis longtemps. En effet, ce sont eux qui régulent le métabolisme des graisses et l’activité de la vésicule biliaire. Les acides gras jouent un rôle primordial dans la perméabilité osmotique des cellules. Intervenant dans la constitution des membranes cellulaires et des enzymes, ils améliorent les échanges cellulaires et préviennent l’accumulation des déchets.

    Etant donné que le maintien de la santé est directement lié à la qualité de nos membranes cellulaires, ils sont essentiels au maintien de celle-ci, de même qu’à la qualité de la peau et des phanères, reflet extérieur d’une bonne santé. Ils sont saturés lorsque leur molécule ne peut plus fixer un nouveau corps. Comme pour les acides aminés on distingue les essentiels, Omega 3 et Omega 6, et les non essentiels qui constituent la réserve de matière pour les biosynthèses et la substance énergétique du cœur. Ce sont des acides organiques composés de carbone, hydrogène et oxygène, comme tous les acides organiques, mais ils ne renferment que quelques atomes d’hydrogène à fonction acide.

    Ce sont donc des acides faibles qui peuvent encore fixer de l’hydrogène par catalyse, et ainsi se lier à d’autres molécules pour favoriser les échanges ioniques. Certains atomes de carbone possèdent des liens doubles, ce qui entraîne une modification spatiale de la molécule par rapport aux chaînes linéaires. Cette différence d’organisation se répercute notamment sur la densité de ces corps gras en modifiant le point de fusion. Les appellations Omega 3 et Omega 6 désignent tout simplement l’atome de carbone sur lequel se trouve le premier de ces liens doubles, correspondant aux régions d’insaturation de la molécule.

    Avec plus de 60% de son poids, l’Algue Bleue présente un taux protéique des plus élevés du règne végétal. C’est une protéine exceptionnelle, complète, de faible poids moléculaire, donc facilement assimilable.

    Phényléthylamine et système nerveux. 

    Le témoignage le plus courant des consommateurs d’Afa à long terme est cette sensation générale d’énergie décuplée ainsi qu’une meilleure faculté de concentration. Plusieurs enfants en échec

    Klamath-Algae.jpgscolaire, souffrant de déficit d’attention, accompagné ou pas de syndromes d’hyperactivité, ont expérimenté une nette amélioration de leur condition, souvent au point d’interrompre leur traitement médicamenteux avec des drogues telles que le méthylphénidate. D’autres ont stoppé leur traitement aux antidépresseurs après quelques mois de consommation d’Afa. Une étude conduite en collaboration avec l’Université du Nouveau-Mexique auprès de patients souffrant de traumatismes crâniens légers, a démontré grâce aux encéphalogrammes que l’Afa stimule l’activité cérébrale et favorise grandement certains processus de régénération. Cette étude comparative démontra une nette diminution du temps de traitement lorsque celui-ci est combiné avec les algues, à raison de cinq semaines pour un résultat identique à cinq mois de traitement conventionnel sans les algues. Une étude rétrospective faite par l’Université de l’Illinois rapporte l’amélioration de plusieurs cas de dépressions, de déficit d’attention chez les enfants et de fatigue chronique.

    En général, l’effet des algues a un retentissement sur le bien-être, l’humeur et la qualité de vie. Une analyse a révélé la présence de phényléthylamine (PEA) dans l’Afa. Cet acide aminé produit par le cerveau est connu pour ses facultés d’amélioration de l’humeur. C’est un puissant agent antidépresseur qui joue en outre un rôle important dans la pathogenèse des déficits d’attention. Dépression Il y a plus de vingt ans, il fut démontré que la quantité de PEA dans le cerveau des personnes dépressives était nettement. diminuée en comparaison d’un individu normal, et que la prise orale de PEA avait pour effet de rétablir les conditions. Une diminution de PEA semble dès lors étroitement associée à certaines formes de dépressions. A cette même époque, on remarqua que la plupart des médicaments antidépresseurs agissaient en stimulant la production de PEA par le cerveau. D’après une étude comparative, la prise orale de PEA en consommant les algues a un effet spectaculaire dans 60% des cas. Ces patients présentent une diminution des symptômes et ne développent aucune tolérance ni aucun des effets secondaires caractéristiques des thérapies aux antidépresseurs (nausée, fatigue, diminution de la libido, problèmes cardio-vasculaires, etc.). La PEA reste donc efficace avec le temps et ces patients auraient plutôt tendance à perdre le poids attribué aux thérapies conventionnelles (antidépresseurs, anxiolytiques).

  • Algue AFA et cellules souches de la moelle osseuse (CSMO)

    A propos des Cellules Souches :

    «  L’Algue Klamath , une nouvelle voie vers la 3ème médecine » 

    Le 28 mars 2009 a eu lieu à Paris une journée organisée par le GRETAC au cours de laquelle le Dr Sylvestre GARCIA a abordé le débat sur les cellules souches .

    Ce sujet de grande actualité et d’avenir mérite des explications scientifiques : 

    Les données traditionnelles en physiologie montrent que seules les cellules souches extraites d’embryons humains (CSE) possèdent des propriétés pluripotentes leur donnant la capacité de régénérer n’importe quel organe du corps et se révèlent prometteuses dans le traitement de diverses maladies dégénératives comme le Parkinson, l’Alzheimer, le diabète, certains problèmes cardiaques et dégénérescences du système nerveux. 

    Mais cela pose un grave problème d’éthique concernant les prélèvements de ces embryons humains ainsi que les manipulations génétiques que cela risque d’engendrer chez l’humain

    Des recherches récentes semblent démontrer que les cellules souches adultes (CSA) produites par notre propre moelle osseuse possèdent des propriétés pluripotentes quasi identiques aux CSE , ce qui offre une alternative naturelle à ce problème d’éthique 

    Le moyen thérapeutique proposé consiste à stimuler le relâchement des CSA endogènes , ce qui élimine la nécessité de récolter et de manipuler génétiquement les CSE . 

    Parmi ces types de cellules souches adultes, des études américaines ont ciblé leurs recherches sur les cellules de la mœlle osseuse ( CSMO) qui se caractérisent par leur abondance et leur rôle continu dans le renouvellement des cellules sanguines ce qui pourrait s’avérer fondamental dans le  processus de guérison et de régénération dans plusieurs tissus du corps. 

    En effet, le corps possède un mécanisme inné de régénération selon lequel toute blessure ou dérèglement interne serait perçu par les CSMO à distance grâce à un signal envoyé par l’organe endommagé. Ce signal déclencherait alors le relâchement des CSMO dans le sang et leur migration vers l’organe affecté utilisant probablement des molécules d’adhésion comme le font les cellules souches du système immunitaire. 

    L’Algue bleu-vert du lac Klamath( Aphanizomenon Flos Aquae, dite AFA),  présente une alternative intéressante par son action sur la migration des cellules souches .

    Voici ce que rapportent les chercheurs américains :

    « Au fil des années, des milliers de témoignages ont été rapportés de guérison ou d’améliorations assez spectaculaires dans les cas de diabète, sclérose en plaques , alzheimer, parkinson, infarctus et problèmes cardiaques ainsi que sur les traumatismes crâniens , dégénérescences maculaires, cancers et autres maladies dégénératives sans toutefois que nous n’ayons aucune façon d’expliquer ce processus . Après plusieurs années de travaux scientifiques il fut finalement démontré que l’AFA contenait effectivement 2 composés actifs. Un, stimulant le relâchement des CSMO et un autre ( un polysaccharide ) stimulant la migration des cellules souches vers les tissus ( résultat obtenu avec une dose de 5 gr d’AFA par jour) . Comme montré sur le dessin du dépliant ci -joint , les cellules souches de la mœlle osseuse sont capables de migrer d’elles- mêmes et de se transformer à la demande de notre cerveau en cellules cardiaques , hépatiques, musculaires, cérébrales, gliales, neuronales  etc . Il s’agit là d’une véritable guérison endogène spectaculaire . 

    A l’initiative de Christian Drapeau, la Sté Stemtech a mis au point le Stem Enhance ® qui est un extrait de 2 pigments de L’Algue Aphanizomenon Flos Aquae (AFA) qui vont permettre de stimuler le relâchement de ces CSMO pour aller régénérer les organes défaillants.

    Vous connaissez déjà les effets de l’algue Klamath sur l’organisme et à la suite de nombreux médecins et thérapeutes qui l’ont déjà testée nous sommes persuadés que vous serez intéressés par les effets étonnants du Stem Enhance® sur la régénération des organes endommagés ou tout simplement vieillissants. 

    article relayé : http://daudon.free.fr/page367.html

  • Cristallisation sensible de l'alphaone, synerstem synerboost

     

    https://33101617.synerj-health.com/Articles

    Cliquez sur le lien ci dessu pour lire les articles dans leurs intégralités

     

     

    Cristallisation alphaone synerstem synerboost

  • Article consoglob : L’algue Klamath et ses bienfaits en une infographie

     

    article relayé voir adresse http en bas de page

     

     

    Concentré de micronutriments, les micro-algues représentent une mine de vitamines, de minéraux et d’actifs surpuissants. L’algue Klamath qui n’échappe pas à la règle, participe en plus à la régénération de l’organisme.

     

    Rédigé par Séverine Bascot, le 25 Mar 2018, à 16 h 20 min

    L'algue Klamath et ses bienfaits en une infographie

    Précédent

    Suivant

    Partagez sur Facebook !

    Partagez sur Twitter !

    Envoyez à un ami !

    Voici résumés en une infographie, tous les bienfaits de la Klamath, cette algue bleu-vert, qui répond aussi au nom d’Aphanizomenon flos-aquae (ou AFA), de plus en plus utilisée comme complément alimentaire ou aliment thérapeutique.

    L’algue Klamath, des bienfaits pour tous et à tous les âges

    C’est au sud de l’Orégon, dans les eaux pures du lac éponyme, situé à 1.400 m d’altitude et protégé de toute pollution industrielle, que se développe la Klamath, un super aliment qui monte, et c’est tant mieux au vu de tous ses bienfaits.

    La Klamath, minuscule par sa taille, géante par ses bienfaits

    Gorgée de nutriments et de produits phyto-chimiques riches pour la santé, l’algue Klamath contient presque toute la gamme des vitamines, une grande variété de minéraux, des sels minéraux (calcium, magnésium, phosphore, potassium et sodium), des oligoéléments (dont le bore, signalé comme diurétique et agent de lutte contre l’obésité, et le molybdène participe au métabolisme des protéines et permet la fixation du fer dont excellent contre les anémies).

    Détoxifiante, elle piège les métaux lourds et les élimine via les reins. Elle est aussi anti-inflammatoire grâce à la phycocyanine, qui donne le pigment bleu à l’algue.

    L’algue Klamath résumée en infographie

    klamath

    D’autre part, la phényléthylamine (PEA), un composé endogène du cerveau (amphétamine naturelle), bien connu en neurologie et nommé familièrement « la molécule de l’amour », ainsi que les acides gras essentiels associés aux très nombreux nutriments contenus dans cette algue créent une synergie sur l’ensemble du système nerveux, avec au bout du chemin, un meilleur équilibre émotionnel : augmentation de la concentration, sensation d’énergie mentale, élévation de l’humeur voire un effet antidépresseur.

    La klamath participe aussi à renforcer le système immunitaire grâce aux polysaccharides actifs qui provoquent une mobilisation presque immédiate des globules blancs : l’organisme peut alors répondre instantanément à une attaque (comme une infection virale).

    Mais la découverte la plus intéressante est qu’elle favorise la migration des cellules souches et aide à la régénération des tissus. Un espoir sérieux donc pour tous les patients atteints de maladies dégénératives.

  • article : algue afa et fibromyalgie

    Article relayé : voir adresse http en bas de page

    le blog de Brigitte Cesana

    Fibromyalgie et Syndrome de fatigue chronique, comment en venir à bout avec l’algue Afa (Klamath)

    30 janvier 2013 par admin | 5 Commentaires

    Fibromyalgie et Syndrome de fatigue chronique, ces nouvelles maladies.

    Le syndrome de fatigue chronique partage de nombreux points communs avec la Fibromyalgie, comme la fatigue bien sûr et les douleurs mais aussi le syndrome du côlon irritable, la dépression et même le syndrome de la guerre du Golfe!

    Les principaux symptômes identiques sont : douleurs musculaires et articulairesfatigue chronique et atteinte de la sphère cognitive (notamment mémoire et attention. La kyrielle des autres symptômes est également identique.

    Ces deux syndromes entraînent une perturbation du système immunitaire.

     

    La Fibromyalgie

    Si la fatigue existe dans la fibromyalgie, se sont surtout les douleurs ostéo-tendineuses localisées en des points précis et présentes depuis plus de 3 mois qui constituent la principale plainte et donc le motif de consultation médicale. La fibromyalgie est la pathologie qui partage le plus de points communs avec le SFC et qui peut donc poser un problème de diagnostic.

    Syndrome du colon irritable

    Il s’agit du dysfonctionnement du côlon, d’origine encore inconnu, et qui partage également de nombreux points communs avec la fibromyalgie. On suspecte la sérotonine d’être à l’origine de ces deux pathologies. Dans la fibromyalgie comme dans le syndrome du colon irritable, on constate une baisse de ce neuromédiateur. Dans le syndrome du côlon irritable, qu’on appelle aussi colopathie fonctionnelle, ce sont tout naturellement les troubles digestifs qui prédominent: douleurs abdominales, ballonnements dus à l’accumulation de gaz, constipation ou au contraire diarrhée.

  • DE l'AFA à l'Alphaone

    De l afa a l alphaone 1de-l-afa-a-l-alphaone-1-.pdf (1015.25 Ko)

    Cliquez sur le lien ci dessus pour lire l'article en pdf

     

    De l afa a l alphaone 1

  • Synerboost composants et propriétés

    Synerboost 2017 liste et proprietes composants 1synerboost-2017-liste-et-proprietes-composants-1-.pdf (893.75 Ko)

    Cliquez sur le lien ci dessus pour lire le pdf

     

    Synerboost1

     

    Synerboost info 3

  • Article allodocteur : Obésité : le rôle clé du microbiote intestinal

    Article relayé voir adresse http en bas de page

     

    Obésité : le rôle clé du microbiote intestinal

    Et si la qualité de notre microbiote intestinal était en partie responsable de l'obésité ? Selon une étude de l'Inserm parue dans la revue Cell Reports, il est possible de prédire la façon dont l'organisme va répondre à une alimentation déséquilibrée en analysant le microbiote, et donc d'évaluer le risque de devenir obèse. Les explications avec le Dr Boris Hansel, endocrinologue.

    Rédigé le 

    Obésité : le rôle clé du microbiote intestinal
         
    • Cette piste du microbiote et de son étude pour prédire l'obésité est-elle prometteuse ?

    Dr Boris Hansel, endocrinologue nutritionniste : "Cela fait maintenant plusieurs années que l'on évoque le rôle du microbiote dans la genèse de l'obésité. Le microbiote est l'ensemble des bactéries qui colonisent notre organisme. Dans l'intestin, il y en a des milliards. Cela représente environ un à deux kilos de notre poids. On s'est rendu compte, depuis un peu plus de cent ans, qu'il y avait ce microbiote dans notre organisme et notamment dans l'intestin, et qu'il est associé à un certain nombre de pathologies, notamment à l'obésité. Il s'agit d'une voie de recherches très intéressante qui se développe. On tente de savoir quel est le lien entre la composition de notre tube digestif en bactéries et la survenue d'un excès de poids car il semble qu'il y ait une forte relation."

    • Comment le microbiote agit-il sur la digestion ?

    Dr Boris Hansel : "Ces bactéries fabriquent un certain nombre de substances chimiques que l'on découvre jour après jour. Elles jouent également un rôle dans la fermentation d'aliments qui ne sont pas digérables, ça fabrique certains types d'acides gras... Donc le microbiote a un rôle sur la digestion. Par ailleurs, les produits chimiques fabriqués par ce microbiote et les effets de ces bactéries sur l'alimentation entraînent des effets au niveau de l'organisme entier. Il ne faut pas voir les bactéries comme simplement enfermées dans le tube digestif parce que tout ce qu'elles font a un impact au niveau du cerveau, au niveau du foie, au niveau du pancréas, au niveau des muscles… Il y a donc un effet systémique.

    "On regarde les relations entre certaines bactéries présentes dans l'intestin et certaines maladies. On a des recherches sur les relations entre certaines bactéries et l'autisme, entre certaines bactéries et les maladies inflammatoires, entre certaines bactéries et l'obésité… Et il faut aussi tenir compte des relations entre certains produits chimiques créés grâce à l'effet des bactéries sur certains composés alimentaires. Ce n'est pas seulement la bactérie associée à la maladie, il faut aussi mettre en relation avec les maladies, les produits chimiques qui viennent de l'impact de la bactérie."

    • Cette découverte ouvre-t-elle la porte à de nouveaux traitements ?

    Dr Boris Hansel : "Concernant l'obésité, on a des exemples chez l'animal, où avec des transplantations fécales, on obtient des effets intéressants car les souris peuvent ne plus être obèses. Et inversement, si on transplante un microbiote de souris obèse, on va provoquer de l'obésité. Chez l'animal, cette transplantation fécale semble être efficace. Toutefois, comme dans toute nouvelle découverte, ce n'est jamais une réussite à 100%. Même dans ces expérimentations, il y a des résultats qui sont parfois décevants. Aujourd'hui, pour l'obésité, on ne sait pas faire la même chose chez l'homme. Car quand on change les bactéries d'un humain, on change ce qu'on a envie de changer mais on change aussi beaucoup choses qu'il aurait fallu laisser en place. C'est donc une piste intéressante mais on ne sait pas encore manier les milliards de bactéries qui sont dans notre intestin."

    https://www.allodocteurs.fr/maladies/maladies-nutritionnelles/poids-obesite/obesite-le-role-cle-du-microbiote-intestinal_22861.html

  • Algue AFA : Augmente le taux de cellules souches

    AFA : Aphanizomenon Flos Aquae DU LAC KLAMATH

    Complément Alimentaire d’Algue Klamath ou Aphanizomenon Flos Aquae AFA
    L’algue Klamath ou algue bleue vert Aphanizomenon Flos-Aquae AFA est une algue unique tant au niveau nutritionnel  qu’énergétique.   C’est   l’une   des   plus anciennes espèces vivantes encore présentes sur la Terre qui n’existe qu’à l’état sauvage, on la trouve en grande quantité au lac Klamath en Oregon.
    L’algue Klamath on en entend parler de plus en plus et il a rarement été observé autant de retours positifs de la part de consommateurs..
    Il faut dire qu’il s’agit d’un des aliments les plus complet de la planète, dixit le livre d’Anne-Marie Pietri (Ed. Lanore), une kinésithérapeute installée en Corse qui s’est passionnée pour cette micro-algue poussant à sauvage et qui nous livre le résultat de ses recherches.

    Il est indéniable que c’est un produit assez hors du commun, et je dois dire que rare sont produits pour lesquels on a autant de retours si positifs et parfois même enthousiasmants.. Tant mieux ! cela signifie que la "Terre Mère" comme on dit pourvoie aux maux et dysfonctionnements des êtres humains et que de vrais trésors se cachent encore un peu partout.

     

    Klamath,l’algue qui régénère
    Les micro-algues apportent par leurs constituants un concentré de micronutriments. L’algue Klamath peut aussi être associée à des actions sur le psychisme et, ce qui est plus rare, à la régénération de l’organisme.
    Sans doute du fait qu’elle pousse exclusivement dans le lac Upper Klamath en Oregon (USA) – où se rencontrent altitude, fort ensoleillement et arrivée permanente de sédiments volcaniques – l’algue Klamath (Aphanizomenon flos aquae, ou AFA) présente une composition exceptionnelle. L’étude de ses caractéristiques révèle une qualité et une quantité de micronutriments (l’ensemble des vitamines à l’exce­­­ption de la D), d’oligoéléments (chrome, manganèse, etc.) d’antioxydants, (lutéine, astaxanthine, etc.) sans équivalent.
    La Klamath est récoltée directement dans le lac au moment de sa pleine "floraison", quand son profil nutritionnel et enzymatique est optimal, avec une méthode permettant de cueillir seulement les efflorescences ou blooms.

    Biologiquement active
    Certes elle présente de nombreuses analogies avec sa cousine spiruline mais sa composition est qualitativement plus riche. Son pigment bleu spécifique (la phycocyanine) semble avoir une activité anti-inflammatoire plus marquée. Elle contient aussi des acides gras polyinsaturés oméga 3 absents de la spiruline, et davantage de chlorophylle.
    Toutefois, il ne faut pas voir l’algue Klamath comme une super-spiruline. Elle contient, en plus, des substances biologiquement actives. Il en va ainsi de la phényléthylamine (PEA) dont le rôle de neuromodulateur est remarquable, de divers polysaccharides actifs sur le système immunitaire, et de composés qui ont montré leur action sur les cellules souches 

    Principales effets de l’AFA :
    - Régénération cellulaire
    - Détoxification
    - Renforce les défenses immunitaires
    - Accroit l’énergie physique et mentale
    - Antioxydant anti radicalaire

    Vertus et bienfaits de l’algue Klamath AFA
    - L’algue aux 115 nutriments, un fortifiant exceptionnel !
     Apporte tous les nutriments nécessaires à l’être humain y compris ceux devenus rares dans l’alimentation moderne. C’est l’un des aliments les plus complets et équilibrés de la planète avec plus de 115 nutriments.
    - Une algue anti-stress : Contient naturellement de la phenylé-thylamine (PEA), une substance produite par le cerveau qui stimule les centres de plaisir. Étant absente chez les sujets déprimés une consommation quotidienne peut soulager un état de stress physique ou psychologique.

    Etudes réalisées :
    1989 professeur Fukino démontre que l’AFA joue un rôle protecteur des reins contre la toxicité des métaux lourds
    1984  le biologiste Pore confirme que les polysaccharides de l’AFA favorisent la fixation et l’élimination des pesticides dans les intestins
    1998 le scientifique Vadiraja démontre le rôle essentiel de la chlorophylle et de la phycocyanine ( pigments en abondance dans l’AFA) dans la chélation
    Le Docteur Klinghart eut des résultats spectaculaires avec l’AFA dans son célèbre processus de désintoxication.

    LES EFFETS SUR LA SANTE
    - Protection cardiovasculaire grâce aux antioxydants (chlorophylle ,phycocianine, carotène), à sa teneur exceptionnelle en acides gras polyinsaturés (études du neurophysiologiste Christian Drapeau en 2000), et ses Oméga 3 en abondance
    Protection anti bactérienne : études du Professeur Ostenwik de 1998 sur les bactéries
    - Stimulation du système immunitaire : stimule la migration des cellules NK, études du National Cancer Institute en 1985 sur la recherche d’anticancéreux sur les facteurs diététiques, qui concluent que l’AFA permet à notre organisme de développer des substances immunostimulantes qui entraînent la destruction des cellules cancéreuses avant qu’elles ne se multiplient et forment une tumeur.
    En janvier 2000 le Professeur Jensen fit une expérience sur des humains volontaires qui consommèrent 1.5g d’AFA, il a pu constater, dans les 2 heures qui suivirent,  la migration de 40% des cellules tueuses, NK mangeuses de cellules infectées ou cancéreuses hors du flux  sanguin pour ainsi augmenter la surveillance immunitaire dans les tissus. Ce processus s’accentuant bien sûr avec une consommation régulière de l’AFA, mais  n’a jamais été constaté avec aucun autre aliment ou substance naturelle Un polysaccharide propre à l’AFA est responsable de cette stimulation immunitaire et la migration des cellules tueuses dans les tissus pour détruire les cellules anormales.
    - Lutte contre l’inflammation : grâce à sa teneur exceptionnelle en Oméga 3, notamment en acide gras essentiel alphalinolénique (12mg/g) et un pigment bleu, la Phycocyanine composant les 15% du poids sec de l’AFA
    Des effets sur les raideurs  matinales, les douleurs articulaires, les problèmes de peau, la polyarthrite rhumatoïde ont été constatés par le Professeur Sperling en 1987.en rétablissant un ratio oméga6/oméga3 à 4 alors qu’avec la nourriture moderne il est souvent supérieur à 6 et donc responsable en grande partie des maladies inflammatoires de toutes sortes comme celles citées si dessus.
    Après 30ans d’utilisation, il  a été constaté l’efficacité de l’AFA pour les inflammations sans aucun effet secondaire
    - Lutte contre les radicaux libres :
    Les causes de l’oxydation cellulaire sont nombreuses ;inflammation chronique, pathologique, pollution de toutes sortes y compris électromagnétique, tabac, drogue, rayon x et gamma, wifi, émotion, stress, déséquilibre du système acido-basique…, entrainant un vieillissement prématuré et des aberrations génétiques. Grâce à ses antioxydants spécifiques et puissants , la chlorophylle, la phycocyanine, divers caroténoïdes,  l’enzyme superoxydedismutase et les éléments agissant en synergie tels les VitamineC, A, E,  le cuivre, le sélénium, le zinc….  l’AFA  va aider efficacement  à combattre l’oxydation.
    - Effets sur le système nerveux :
    Augmentation des facultés mentales, amélioration de l’humeur ,antidépresseur, augmentation d’énergie, grâce à la concentration d’un neuromodulateur : La Phényléthylamine ou PEA 2mg/g d’AFA. Mais l’AFA a aussi les 2 précurseurs de la PEA : la phénylalanine et la tyrosine, en plus d’un grand nombre d’éléments nutritifs essentiels pour aider et restaurer le système nerveux et le cerveau
    - Amélioration des capacités cognitives :
    Selon des études , normalise la modulation de l’électroencéphalogramme pour des personnes ayant des anomalies cérébrales, même après quelques minutes de consommation.
    Stimule l’activité cérébrale et active certains processus de régénération. Le Professeur, Jensen démontra en 2001 que 10 minutes seulement après la prise d’AFA, il y a amélioration de la concentration et des capacités intellectuelles
    - Agit sur les troubles déficitaires de l’attention :
    En 1992 le Professeur  Karl J. Abrams atteste après études des effets bénéfiques sur l’amélioration du rendement scolaire de 1482 enfants  64 à 81% après une consommation de 1g d’AFA par jour  sur un an de consommation. Entrainant un changement de comportement : plus de concentration, plus d’attention, moins d’anxiété, de dépression et moins d’agressivité.
    - Amélioration de l’humeur :
    La PEA est une molécule reconnue comme celle de la joie
    - Combat le dépression :
    Selon études, 10mg/jour de PEA ont permis de diminuer les symptômes de patients dépressifs chez 60% sans effet secondaire et sans prise de poids
    - Agit sur les états de dépendance :
    Grâce à la PEA  aide à la désintoxication physique et mentale par la désaccoutumance au tabac, à l’alcool et aux drogues.
    - Maladie d’Alzheimer et maladie de Parkinson :
    En 1985 le docteur Gabriel Cousens témoigne dans le journal de la Société Médicale Orthomoléculaire, des qualités d’amélioration de la fonction cérébrale de l’AFA chez ses patients atteints de la maladie d’Alzheimer.
    Des cas d’amélioration  chez des patients atteints de la maladie de Parkinson furent aussi attestés grâce au effets chélateurs de l’AFA et à ses actions. sur la migration des cellules souches.

    Les cellules souches
    Les cellules souches sont des cellules aux capacités de se reproduire et de devenir des cellules de n’importe quel organe ou tissu du corps afin d’être utilisées pour toute défaillance ou réparation pour atteindre la guérison des tissus ou des organes dans lesquels elles sont introduites. En 2001 les études du Professeur Goodell portèrent avec succés sur leurs effets réparateurs et régénérateurs du cœur avec une guérison quasi totale au bout d’un mois. Précédemment en 1995 et 1999, il démontra que les cellules souches de moelle osseuse pouvaient accéder au cerveau adulte et assumer les caractéristiques de neurones du système nerveux central  De là est née la théorie des professeurs Jensen et Drapeau, « de la guérison, de la régénération et de la réparation par les cellules souches » Par cette théorie, les cellules souches de moelle osseuse assurent toute régénération, guérison des organes et des tissus endommagés au cours de toute notre vie Après plusieurs années de recherches, il a été démontré que l’AFA avait 2 composés actifs : la L-sélectine et un polysaccharide qui favoriseraient  le relâchement de cellules souches et la migration de celles-ci vers les tissus avec une consommation de 5g p/jour d’AFA

    *Toutes ces informations sont issues du livre d’Anne Marie Pietri «  L’ aliment le plus complet de la planète l’Algue bleu-vert A.F.A. » aux éditions Lanore

    La composition exceptionnelle de l’algue Klamath explique ses propriétés spécifiques :

    • 70% de protéines nobles, complétement assimilables.
    • Des acides gras insaturés et polyinsaturés dont une majorité d’Oméga 3.
    • Toutes les vitamines à l’exception de la vitamine D, notamment les vitamines B9 et B12, la vitamine A et la vitamine K.
    • Une grande quantité de béta-carotènes associée a 14 autres caroténoïdes.
    • Plus de 60 minéraux et oligo-éléments présents sous forme organique totalement assimilables.
    • L’ensemble des 20 acides aminés, dont les 10 essentiels.
    • La phénylethylamine (PEA), acide aminé endogène de l’empathie et de la bonne humeur.
    • Des phycocyanines, puissants anti-inflammatoires et antioxydants naturels.
    • La mycosporine, l’AFA-phytochrome et d’autres molécules qui renforcent l’activité de l’AFA sur l’humeur, l’attention, l’énergie et plus généralement le système nerveux.

    L’algue Klamath contient des pigments spécifiques qui lui permettent de capter une grande partie du spectre solaire et d’en stocker l’énergie pour son développement :

    • Les chlorophyllines qu’elle contient sont étroitement apparentées à l’hémoglobine de l’homme et des mammifères
    • La phytobiline est un facteur de croissance des cultures cellulaires ainsi qu’un agent cytotoxique des cellules cancéreuses
    • La phycocyanine, pigment bleu-turquoise, est très proche des pigments biliaires humains.

    Il a été démontré que l’AFA a augmenté la quantité de cellules souches hématopoïétiques* en circulation, des cellules qui possèdent la capacité de devenir des cellules immunitaires comme des macrophages.


    article relayé : http://www.le-comptoir-malin.com/blog/alicaments/afa-aphanizomenon-flos-aquae.html#C4mC33BgSt1BiTJV.99

  • Algue AFA : Bienfaits

     

     

    http://www.phyt-inov.com/FICHIERS/1609060918298322.pdf

    Cliquez sur le lien ci-dessus pour lire l'article

    Klamath afa

  • Article Vogue Magazine

     

    Articlevogue 1articlevogue-1.pdf (905.78 Ko)

     

    Cliquez sur le pdf ci-dessus pour lire l'article

    Article magazine

    Article magazine 2

     

     

  • Docteur J.P Willem : Algue AFA

    Afa jean pierre willem aphanizomenonafa-jean-pierre-willem-aphanizomenon.pdf (10.94 Ko)

    Cliquez sur le pdf ci dessus pour lire l'article

     

    Dr jean pierre willem

  • Article Doctissimo : La télomérase : la protéine de l'immortalité ?

     

     

    La télomérase : la protéine de l'immortalité ?

     

    Highlander sera-t-il bientôt détrôné ? Depuis les années 1965-70, les scientifiques parlent des télomères et de la télomérase. Cette enzyme naturellement présente dans l'organisme, a pour rôle de réparer les télomères à l'extrémité de nos chromosomes, dont le raccourcissement entraîne le vieillissement de nos cellules. A ce titre, la télomérase pourrait-elle être l'enzyme de la jeunesse éternelle ? Historique et le point en 2016 avec le Dr Christophe de Jaeger, spécialiste de la longévité.

     

    Telomerase doctissimo