synerpeps

  • La santé dans les pépins

    Article relayé voir adresse http en bas de page

     

    Courge, raisin, pamplemousse : les pépins de ces trois végétaux renferment des agents actifs aux actions différentes, mais qui ont tous en commun l’amélioration de la santé. Confort urinaire, circulation sanguine, amincissement, lutte contre les infections, etc. Découvrez les vertus cachées dans les pépins.

    Les pépins de courge, pour le confort urinaire

    En médecine traditionnelle, le pépin de courge fut d’abord utilisé comme vermifuge. On lui reconnaît notamment une action contre les parasites intestinaux comme le vers solitaire. Cela est dû à la curcubitine qu’il contient. Depuis, d’autres principes actifs ont été mis en exergue dans ce petit noyau de 2 centimètres : acide linoléique (le « bon gras »), acide alpha-linoléique, vitamines B, C et E, oligo-éléments comme le zinc. Le pépin de courge contient également des phytostérols, qui aident à lutter contre le mauvais cholestérol. Consommés sous forme d’huile de pépin de courge (particulièrement en capsule), ils fournissent notamment un apport en vitamine E naturelle qui n’est pas, rappelons-le, produite par l’organisme. Outre son effet antioxydant, cette vitamine E lutte contre le vieillissement, joue un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires et agit sur les prostaglandines pour limiter les inflammations. Ses phytostérols inhibent en outre la croissance du tissu prostatique. Pour ces raisons, l’huile de pépin de courge est utilisée aujourd’hui pour lutter contre l’hypertrophie bénigne de la prostate chez l’homme, mais aussi contre les infections urinaires chez la femme. Quant aux oligo-éléments du pépin de courge, ils peuvent être utiles en cas de fatigue ou au moment de la ménopause.

    Les pépins de raisin, pour le cœur et les artères

    Le secret des pépins de raisin réside dans les oligomères procyanidoliques (ou OPC), des polyphénols à l’action antioxydante beaucoup plus forte que celle de la vitamine E ou de la vitamine C et qui ont pour particularité d’être à la fois liposolubles et hydrosolubles. Toutes les cellules sont ainsi protégées des radicaux libres. Les OPC favorisent la circulation sanguine, et particulièrement vers le cœur, en renforçant la résistance et l’élasticité des parois des vaisseaux sanguins par la consolidation du collagène et de l’élastine, permettant ainsi un meilleur retour veineux. Il a été de plus démontré qu’ils réduisaient la pression artérielle. Les pépins de raisin ont ainsi une action efficace sur l’insuffisance veineuse, comme pour la protection des artères et du cœur. Autre vertu du pépin de raisin, l’aide à l’amincissement. Il contient en effet des mucilages aux effets laxatifs, des flavones, des tanins et des anticyanosides qui améliorent la circulation veineuse, on l’a dit, mais libèrent également les amas graisseux, empêchant notamment l’apparition de la cellulite.

    L’extrait de pépins de pamplemousse, contre les microbes

    D’autres pépins de fruits ou légumes ont démontré leur efficacité. C’est le cas du pépin de pamplemousse, tel qu’on le trouve dans le gel purifiant pour les mains : c’est un antimicrobien de premier ordre, utilisé contre les mycoses comme les infections de la sphère ORL, les aphtes ou les ulcères. Riche en flavonoïdes, l’extrait de pépin de pamplemousse (ou EPP) est donc un antibiotique naturel qui a en outre pour particularité de renforcer le système immunitaire. Il peut également être utilisé en prévention et comme purifiant.

     

    http://www.soleil-vie.com/fr/45-la-sante-dans-les-pepins

     

    Lire la suite

  • Article alternativesanté : " La vérité sur le pépin de pamplemousse"

    article relayé voir adresse http en bas de page

    Dominique Vialard  rédigé le 25 février 2014 à 18h10

    Article paru dans le journal nº 2  Acheter ce numéro

    Abonnez vous 24 € seulement

    • Pepin de pamplemousse - alternativesante.frPepin de pamplemousse - alternativesante.fr

    Pépin de pamplemousse

    Riche en flavoinoïdes, l'extrait de pépin de pamplemousse (EPP) est considéré depuis une quinzaine d'années comme un des meilleurs antibiotiques naturels. Et l'on a raison de le considérer comme tel. Depuis les travaux du Dr Jacob Harich qui l'ont popularisé dans les années 80/90, on n'a pas trouvé mieux. Cette histoire serait merveilleuse si le succès de cette médication n'avait rapidement attiré des escrocs et des margoulins de toutes espèces à l'affût d'un marché juteux...

    Comme on peut le lire dans le livre Secrets et Merveilles du Pamplemousse (aux Ed. Médicis), l'un des nombreux ouvrages qui ont été consacrés au sujet depuis le début des années 90, l''huile de pépin de pamplemousse a un effet équivalent ou supérieur aux antibiotiques et antimycotiques les plus puissants. Cela a été prouvé par des équipes de recherches internationales lors de tests comparatifs.

    L'EPP présente de plus une action rapide, sans affaiblir le système immunitaire (au contraire, il le soutient). Avant de l'utiliser, rappelez-vous qu'il s'utilise toujours dilué et qu'il doit être évité sur les yeux. En usage interne, il est efficace aussi bien en prévention qu'en traitement d'attaque pour toutes les infections, particulièrement :

    • Les infections du système digestif, intoxications alimentaires, diarrhées, maladies parasitaires...
    • Les ulcères de l'estomac et du duodénum (il tue Helicobacter pylori),
    • Le Candida albicans, les candidoses et autres mycoses.
    • Le rhume, les infections de la sphère ORL en général, la grippe, les affections bronchiques...
    • Les infections urinaires et cystites.
    • La fatigue chronique et l'affaiblissement immunitaire.
    • Les allergies (car il est aussi hypoallergène).
    • En usage externe, l'EPP est aussi un recours dans bien des situations :
    • La bouche : aphtes, herpès des lèvres, muguet, gingivite...
    • La peau : acné, dermatites, psoriasis mais aussi petites coupures ou brûlures, piqûre d'insectes, verrues, mycoses...
    • Les cheveux : pellicules, démangeaisons du cuir chevelu, poux?
    • Les pieds : eczéma des orteils, verrues plantaires, infections à champignons.
    • Les ongles : onychomycose, panaris.
    • Les organes génitaux : vaginite, infections vaginales, parasites...

    Lire la suite